close
Marius Tour 2007

Marius Tour – Au détour d’un regard, histoire d’une quête devenue commune

Pour que Marius avance plus vite, Brigitte a tenté de l’attirer avec des biscottes…
Une version belge de la carotte…


A vous deux,

J’avais un rêve, un rêve d’enfant….
je voulais voir le monde autrement…..
plus beau, moins grand, moins égoïste et plus parlant.

Je rêvais d’un endroit où les gens seraient différents…
et puis j’ai grandi, j’ai compris, que notre monde
était seulement rempli de gens…..
avec un cœur moins grand, moins comprenant

Mais dans ma quête à la recherche « d’un monde meilleur »,
au fond de moi, quelque part, j’ai continué à nourrir ce rêve ailleurs.

Chemin faisant, sur ma route, j’ai construit ma vie,
faite d’allants et d’expédients,
ne pensant pas trop à certains moments, juste avançant,
entraînant dans mon sillage, la venue de deux têtes blondes à ce voyage
et ayant pour unique adage « on avance, on avance, c’est une évidence
que l’on a pas assez d’essence pour faire la route dans l’autre sens, on avance…. »

Un jour, de passage à Léoux, en vacances, j’y ai rencontré en mage en voyage.
Il cherchait un message, la route vers la quête de sa vie….
emportant dans ses bagages, la promesse d’un héritage dont les clefs seraient posées
à la foulée de ses pieds par monts et vallées dépassés …..à 300 km de pas de là….
C’était un mage qui voulait devenir « un sage » et qui était de passage là…

A la croisée des chemins, je lui ai pris la main et d’entrain, ai pris la queue du train à pied avec pour unique bagage un sac à dos, ma fille et la vue d’un voyage d’une journée
seulement à foulées de pieds par monts et vallées au défilement de l’enchantement des paysages…..
De cet habile concoctée, j’ai pris la clef du voyage, 11 jours durant,
dont 3 jours seulement avec Stéphanie ma fille……

C’est au bout, au bout du bout….
du monde, d’un monde…
autour d’une ronde ou gronde en ronde mille ondes,
des âmes de ce monde que j’ai trouvé le secret des clefs que je cherchais…
partout où j’allais, de ce que l’on me racontait, de ces gens et ces choses que je croisais,
je marchais, j’avançais un peu plus et découvrais « le vrai du vrai »…..
de cette quête qui dure, où l’on endure les souffrances et les maux que ne disent les mots
avec quelques pas de trop, tout devenait « ce trop »….
trop dur, trop lourd, trop plein, trop mal, trop rien….
et de ce rien, l’on revenait à « trop », trop de tout….

Puis, après quelques jours, à l’autre bout, les pieds fatigués, la tête lourde de pensées,
il y avait l’arrivée à la fin d’une journée de cette grande chavirée….

Aussi, au bout d’une allée, après toutes ces routes que nous avions endurées,
avec pour dernière accompagnatrice cette étoile filante dans ce ciel étoilé du 24 août dernier, l’ambassadrice d’une dernière lueur, nous a guidée et accompagnée l’espace d’un instant sur ces dernière foulées épuisantes, finalité à notre incroyable randonnée……

Ce fût une joyeuse entrée que celle du pèlerin qui revient et l’attente impatiente des siens, ne demandant rien, qu’une étreinte à celui, qui 3 semaines plutôt s’en allait chemin faisant vers d’autres coteaux….

Ce fût une belle aventure qui marquera pour longtemps durant encore, pour ne pas dire toujours le cours de ma vie…
Cette légende que l’on écrit à la foulée des pieds fatigués et meurtris et sur laquelle aboutit l’histoire de sa vie….
pour être passée sur ce corps qui à tords avait déploré tous nos efforts,
nous avons grandi Steph et moi, pour ne pas dire nous 3…
et ce qui nous unis à aujourd’hui, c’est l’histoire de notre vie…
celle que nous nous sommes contée et racontée….
celle que nous avons affrontée et dépassée….
celle que nous avons enfin réconciliée avec ce bout de nous-mêmes….
ce bout du bout que nous avons touché et qui nous a marqué….
pour enfin nous trouver…..

MERCI à toi Steph, MERCI d’avoir été là….
MERCI d’avoir accepté ce bout de randonnée…
Et m’avoir permis enfin de me retrouver…..

A Bouille et Marius
Avec toute mon affection

Brigitte

7 commentaires

  1. Salut Stephane
    tés bien ton blog, j’ai vu ,avec toi, le pays sous un angle différent, un peu moins en hauteur!!!une vitese plus lente et une approche meilleure avec un animal, mais je continuerai à cheval.

  2. Bonjour Marius, bonjour Stéphane

    Vous avez finis votre périple, bravo. Nous avons pensé à vous depuis notre rencontre, un soir venteux, nuageux et après la chute à Fondoresse au pied du massif de Saou.
    Nous, nous avons poursuivis notre voyage vers la Haute Loire, après la Drôme. Maintenant nous sommes de retour en Picardie, à Compiègne.
    Un gîte et un couvert y sont réservés pour les voyageurs.

    Encore une fois bravo pour votre ténacité et votre courage.

    Philippe et Henriette
    (les touristes de Fondoresse

  3. Chemin faisant, il n’y a pas que les pieds qui avancent…
    Le rythme de la marche, le plus naturel chez l’homme et l’animal, est une respiration qui expulse les douleurs profondes…exprimées par la souffrance physique lorsque le corps pousse ses limites…
    Un accouchement ?
    merci de nous faire partager tes émotions et longue route à toi et à ta petite fille!
    Je vous souhaite de croiser d’autres chemins parfumés d’amitié et de partage.

  4. c’est toute une histoire très belle et si fantastique..si bien racontée j’en suis toute émue. Contente pour toi que tu t’es retouvé et j’espère que ta vie n’en sera que meilleure. Bravo

  5. Bon courage Brigitte, toute mon amitié et…oui, il existe des gens au coeur très grand, très “comprenant”,et qui ne demande rien…

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !