close
Marius Tour 2007

La boucle est bouclée… mais 2008 se dessine déjà…

 video
Après trois semaines de marche, Marius semble comme moi, un peu perdu dans cet enclos sans monts et vallées à fouler.

J’avais un rêve de gosse : randonner avec un âne

J’avais un défi : parcourir 300 km en trois semaines
J’avais une revanche : montrer à ses escrocs d’assureurs que je n’étais pas encore mort
J’ai été au bout de moi même. Gravi chaque col. Arpenté chaque sentier. Pari gagné! Défi réussi! Je suis allé au bout de ce périple malgré la douleur de mes chevilles qui me rappelait à chacun de mes pas les séquelles d’une blessure d’ado mal soignée. Mais au bout du bout, quel bonheur d’y être arrivé. Au bout du bout, quel plaisir de pouvoir dire : “Je l’ai fait…”

Au-delà de la douleur des courbatures, cette randonnée fut avant tout une quête. Un quête sur moi même. Me retrouver face à moi-même, face à mes doutes, face à mes espoirs, mes désespoirs… Bon nombres de personnes se lancent sur le chemin de Compostelle. J’ai préféré les sentiers moins fréquentés mais Ô combien plus beaux, de la Drôme. Et quelle aventure…
Tous les matins, le même cérémonial : brossage, bâtage, équilibrage des sacoches.
Tous les soirs, le même objectif : trouver un endroit suffisamment enherbé et un point d’eau pour celui qui portait mes vivres. Celui qui partageait cette folle aventure. Lui qui finalement n’avait rien demandé et qui s’est vu embarquer dans ce périple de trois semaines. Jamais il n’a râlé, jamais il ne s’est arrêté pour ne plus avancer. Mais si Marius n’avait pas été là, sans doute jamais cette aventure n’aurait germé dans ma tête avant de se dessiner dans les magnifiques décors de notre belle région.

Après une nuit sous les étoiles, dans un gîte ou camping, on repartait tous les matins pour une journée que l’on espérait pleine de rencontres… De grands ou petits moments tout au long de ce périple mais au combien précieux. Qu’ils soient touristes, autochtones, agriculteurs, retraités, commerçants, toutes ces rencontres ont été riches. Rencontres de quelques minutes, d’une heure, d’une soirée ou de quelques jours, toutes furent des bouts de vie, des portes ouvertes sur des tranches de bonheur, des moments présents, des histoires de vie… Je ne vais pas tous vous citer mais je garde un souvenir de chacun de vous. Certains m’ont envoyé un p’tit mot. C’est le cas de Dédée du camping de la Motte Chalacon, Bernard Laget et Jean-Pierre Brach rencontrés au col de Milmandre, Jolaine sans oublier Maïlys, Flore et Gabriel, les enfants de Montauban sur Ouvèze. J’espère de tout coeur avoir des nouvelles de vous tous mais également de tous ceux que nous avons croisé durant ce périple. Certains nous ont offert le gîte et le couvert, d’autres simplement un endroit où planter ma tente, du foin et un seau d’eau pour Marius, d’autres encore ont rempli nos gourdes. Mais tout un chacun, c’est un geste qu’il posait pour l’avancée de cette randonnée. Que de souvenirs et d’émotions…

Et puis il y a eu Brigitte. Rencontre étonnante et mystique. Elle et sa fille devaient m’accompagner quelques heures… Ce fut deux puis trois jours… Pour finir, onze jours et 200 km sans aucune préparation et de sérieux problèmes de santé. Quel mérite !! Comme moi, elle a ressenti le bien que pouvait apporter cette randonnée. Elle en avait tant besoin… Peut-être vous racontera-t-elle ce qu’elle a vécu…

Mais si Marius n’avait pas été à mes côtés, combien de personnes auraient prêté attention à ce randonneur ? Combien auraient tendu la main à cet inconnu ? Véritable lien social, ce petit bourricot couleur chocolat a permis tant de choses. Il a ouvert les coeurs et les histoires de chacun.

Comme je l’ai évoqué lors de mon périple, l’an prochain je repars. Mais si cette année, j’ai fait cette randonnée pour moi, le “Marius Tour 2008” sera une main tendue vers les autres. Marius et moi souhaitons marcher pour “vaincre la mucoviscidose”. Avec quelques semaines d’avance, espérons pouvoir soutenir “Les virades de l’espoir”. Rien n’est encore fait. Il faut rencontrer les organisateurs des Virades, préparer le parcours, trouver des partenaires, … et convaincre Marius de repartir… Vos idées et suggestions seront les bienvenues.

Douze mois devant moi pour un nouveau défi…

21 commentaires

  1. WOWWWW Je prend conscience de toute cette belle avanture là en se moment même,,,, Je vais devoir revivre se périple au travers de tes écrits beaucoup plus attentivement que je l’ai fait lors de ton second périple ! La vie m’a donné l’opportunité de suivre même avec du retard la chance de revivre tes avanture au moment présent de ton écriture ! Je vais te suivre et découvrir votre belle histoire et faire circulé avec une notion de fierté et de croissance spirituel ! Merci à toi , pour ton amour de l’écriture, ta passion partager de ta quête qui en éclaira plusieurs,,,,Comme message recu ” Une quête commence toujours par la chance du débutant. Et s’achève par l’épreuve du conquérant ! J’aurais aussi mon histoire à compter qui portera espoir comme chacun de nous ! Merci à la chance du débutant lol et merci à vous pour se voyage sans mots !

  2. Votre histoire est touchante.
    Votre histoire est belle.
    Et j’aimerai partager que le tiers de ce que vous avez vécu avec mon GG, mon copain de rando.
    L’année prochaine, vous repartez… Vous êtes loin, c’est dommage, j’aurai aimé aller à votre rencontre…
    L’année prochaine, ce sera trop juste, mais… post 2016, ce sera le cas.
    Je vais continuer à parcourir votre blog, car j’y ai vu des tas de choses intéressantes.
    Au plaisir de vous lire, dans vos aventures.

  3. Bravo à toi et à Marius pour cette belle expédition!
    j’étais absente dernièrement mais je suis ravie de voir que cette aventure s’est bien passée et que vous avez réussi une belle performance=)))

    bravo pur tout
    splendides photos d’une merveilleuse aventure!

  4. bonjour bouille, quel plaisir de lire cet article, le bonheur est dans les champs, les chemins et le dépassement de soi pour aller avec et vers les autres, on croirait un couplet de curé mais non, c’est la vie tout simplement!
    je comprends bien ce que tu ressens même si mon tour de bretagne je ne l’ai pas fait avec un âne mais avec ma soeur!!! lol, c’était à vélo et bien que ce soit plus de vingts ans en arrière, les souvenirs sont encore vifs!
    je ne peux que louer ton projet pour l’an prochain,d’abord parce que la vie m’a fait cotoyer cette souffrance familiale, et parce que c’est un chemin logique que l’expérience de cette année aura fait germer en toi, mais il faut un certain altruisme pour aller au bout!
    à plus et j’aime bien le clin d’oeil de marius!

  5. Vous voici rentrés à la maison .
    BRAVO!
    Nostalgique je le suis, car vous avez réalisé, ce que je n’ai pu faire dans ma jeunesse.
    Mais, les soirs d’hiver, ce périple me tiendra compagnie.
    Je vous souhaite beaucoup de bonheurs tout au long de cette année de travail qui commence.
    Je vous offre, si vous l’acceptez, mon amitié lointaine.
    Je souhaite à Marius une belle descendance.
    et finalement je vous embrasse tous les deux
    Dédée La Motte Chalancon

  6. bravo Bouille et Marius…
    formidable, parfois je me demande si moi aussi je devrais en faire autant pour me retrouver avec moimême comme toi ru as pu !! Mais je n’ai pas ton courage…
    Tout est si beau dans tes aventures, tes images, tes rencontres, tout les endroits que tu a parcourus..Génial de Génial !!
    J’ai vraiment une grande admiration pour toi et tou courage.
    Bon retours parmis nous.
    Saxo et bisous à vous deux.

  7. Je lis, suis bouleversé, ne trouve pas les mots.
    Alors ! Au plaisir de suivre encore l’homme et l’âne cheminant pour une noble cause…
    Amicalement.

  8. Très émue par ce billet…Parce que je voyais bien que toi aussi tu grandissais…tandis que Marius prenait de l’assurance…
    Mais en être conscient, c’est encore mieux.
    Bravo pour l’exploit puisqu’il n’est pas que sportif !
    Nous aussi, nous avons beaucoup appris en vous suivant au jour le jour…Merci.
    J’ai bien envie de lancer une pétition pour demander ta remise en liberté!
    Bises à Marius

  9. Bravo Steph et grand respect! Une belle aventure et ce blog est une aventure dans l’aventure. Merci a ta collaboratrice d’avoir été l’intermédiaire et la messagère de ces petits moments d’émotions au quotidien, avec assiduitée. La fin est terrible : la souffrance (tu marches vraiment de travers… bof, en fait comme d’hab!!), les kilomètres qui défilent par dizaine vers une fin de périple que l’on n’a pas envie de voir nous spectateurs, des bains de foule en guise de paroxysme et puis fini… plus de photos de montagne, plus de panoramiques des villages que l’on connaît tous de la route mais pas d’en haut, plus de “qui va-t-il rencontrer aujourd’hui…?” rien, nada, la dèche, la décrépitude quoi! Alors soignes-toi, demande à Philippe 6 semaines de congés supplémentaires pour services rendus à la Nation (!!!) et repartez!!! Ca nous manque!!
    Eh, à propos de ton couplet sur les assureurs, tu nous la joue Florent Pagny ou quoi?!!

  10. je découvre ton blog..belle expérience que tu as vécue là, humaine et physique…je reviendrais lire la suite, je n’ai pas eu le temps d’aller jusqu’au bout

  11. Je passais mes vacances tout près d’une étape de Stevenson et il y avait de nombreux anes qui naturellement me faisait penser à vous deux et peut etre un peu plus à Marius… 😉
    Bravo! magnifique périple

  12. Je viens de lire ton dernier message. Dans de rares occasions, je ne trouve pas mes mots, et là, tout ce que je peux dire, c’est que ça m’a secouée. Ton témoignage est une grande leçon qui montre à l’humain qu’il existe des “humains”, jamais loin d’eux. Et réaliser ses rêves, ou s’en approcher, c’est ce qu’il me paraît le plus important dans la vie. Nombreux sont ceux, sans doute, qui ont suivi ta route et admiré à travers tes mots, autant que tes paysages, ton courage. J’ai été heureuse d’avoir suivi ton aventure en lisant chaque matin l’épopée de la veille, et de vous avoir croisé, toi et Brigitte, presque au bout du chemin, avec, dans le regard, l’ éclat de ceux qui sont Heureux, malgré l’immense fatigue.
    Vous avez offert à d’autres quelque chose de spécial et personne ne l’oubliera. Je n’oublie pas de dire un vrai et grand merci à ce merveilleux (et mignon) Marius,qui, lié à toi, t’as permis de vivre ton aventure…

  13. Alors là, chapeau bas !!

    Ce billet est riche en enseignement et en émotions.

    (j’ai adoré la petite vidéo de Marius , aussi :-))

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !