close
Ascension 2007

Vendredi 18 Mai : Une chose est sûre, les sacs se vident

Devinez qui était la star du camping ?????Le temps d’une photo, Marius et Bahya en
profitent pour faire une pause…
“Tout ça pour ça… Pfffff”

D’après certains grands randonneurs (les vrais, pas comme moi !), il paraît qu’après 300 Kms de marche, on ne sent plus les courbatures, le corps ayant repris ses fonctions originelles, celles de marcher pour se déplacer, chasser, vivre, survivre… Fonctions que l’être humain des temps modernes a perdu. Je ne pourrais vérifier ces dires, ou pour se faire, il me faudrait prendre 15 jours supplémentaires… De nous trois, je ne sais qui est le plus fatigué. Baya, sans doute, qui a beaucoup de mal à marcher aujourd’hui. Cela dit, sa fatigue ne l’a pas empêchée de courir après un groupe de chèvres cet après-midi ! La nuit dernière, Marius a alterné casse-croûte et dodo : il s’est enfilé plus des 3/4 d’une botte de foin ! Devant, l’état général du groupe, le parcours du jour fut court, environ, 10Kms. Nous sommes partis vers midi, de façon à ce que chacun de nous soit bien reposé. Nous avons marché seulement 4 heures sur des chemins quasiment tout en descente pour rejoindre le camping de Saint-Ferréol-Trente-Pas. A notre arrivée, ce fut la surprise, tout d’abord de découvrir que nous n’étions pas au bon camping (nous n’avons pas été du tout déçu de notre méprise, le camping du Pilat se révélant très agréable – www.campinglepilat.com), puis, d’avoir de l’herbe à volonté pour le gros tandis que Baya avait droit à quelques biscuits avant de sombrer dans un sommeil réparateur. Quant à moi, après une bonne douche salvatrice, une glace délicieuse et un petit repas préparé sur le réchaud à gaz, je savourais cet instant privilégié entre tous. Ce soir, pas de toile de tente mais juste un duvet pour profiter de l’instant et admirer la voûte étoilée : regarder les étoiles s’illuminer dans le ciel en attendant le marchand de sable.
Cet après-midi, déjà, le parcours nous avait offert des paysages au combien magnifiques. De sentiers en sous-bois, de clairières en vallées, mes regards s’émerveillaient devant toute cette beauté offerte. Au détour de chaque virage, au sommet de chaque colline, quel émerveillement se fut pour nos yeux et quel feu d’artifice ! Quand je pense que beaucoup font le tour du monde pour trouver le paradis sans se douter qu’il est ici, sous leurs yeux, s’ils savaient… J’ai réalisé en contemplant la beauté des sites que je traversais combien j’avais de chance de pouvoir vivre cette aventure : au diable courbatures, ampoules et petits bobos, ces petites misères valent bien la profonde joie qui m’anime aujourd’hui. Et, Km après Km, jour après jour, les sacs se vident, cela fait beaucoup de bien à nos dos endoloris ! Marius m’inquiète ce soir, il a comme des contractions, j’espère que ça ira mieux demain. Merci pour tous vos messages, n’oubliez pas de signer lorsque vous postez en ” anonyme “.

Bien entendu, on se retrouve demain pour de nouvelles aventures, si vous le voulez bien ! !

Un peu de répis… même pour les chaussures

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons

En ce moment dans la Boutique de Marius, découvrez notre Pack Goodies "Fin de Voyage". Ignorer

Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !